Quand et comment revendre une SCPI ?

Vous avez la possibilité de revendre des parts de SCPI à tout moment. Toutefois, il s’agit d’un placement à long terme et il est recommandé de conserver les parts sur une durée longue (8 à 10 ans) pour obtenir une vraie plus-value et profiter des dividendes versés régulièrement.

Voici les règles à connaître si vous souhaitez investir en SCPI afin de tout connaître sur la revente des parts.

Par Lydie B.

3 min de lecture

21 décembre 2023

Revendre des parts de SCPI : quand est-ce possible ?

En devenant investisseur dans une ou plusieurs SCPI, vous détenez des parts du capital de la société qui achète des biens et les met ensuite à la location. Il s’agit d’un placement purement financier qui ne vous rend pas directement propriétaire d’un bien immobilier mais bien investisseur dans une société qui détient en direct les fameux biens.

Savez-vous
combien vaut votre bien ?

Notre estimation est fiable, instantanée et gratuite !

Vous avez la liberté de revendre à tout moment l’intégralité ou une partie des parts que vous possédez. La seule limite concerne les SCPI fiscales, qui peuvent imposer une durée de détention pour bénéficier de la réduction d’impôt. En vendant les parts par anticipation, vous perdez le bénéfice de cette remise fiscale. Existe-t-il une durée de détention minimale des parts de SCPI ailleurs que dans les SCPI fiscales ? Oui ! Certaines SCPI proposent par exemple des frais d’entrée nuls. Pour bénéficier de cette absence de frais d’acquisition de parts, une durée de détention minimale est souvent imposée. Elle peut être de 3 à 5 ans. Si vous revendez les parts de cette SCPI avant ce délai, alors les frais d’entrée vous seront facturés (de 5 à 6 % en moyenne).

Vous avez la liberté de revendre à tout moment l’intégralité ou une partie des parts que vous possédez.

Quel est le bon moment pour revendre des parts de SCPI ?

Comme nous venons de le voir, l’investisseur en SCPI dispose d’une relative souplesse pour pouvoir céder ses parts quand il le souhaite. Toutefois, la revente intégrale ou partielle n’est pas pertinente à tout moment.

Puisque l’entrée au capital d’une SCPI est accompagnée de frais et qu’il faut également régler des frais de gestion chaque année, l’investissement ne sera pas rentable à court terme. En réalité, les frais d’acquisition et les frais de gestion ne sont amortis qu’après plusieurs années de détention, une fois des dividendes versés et la valeur des parts rehaussée. En ce sens, investir en SCPI ne diffère pas beaucoup d’un investissement locatif en direct. En effet, celui-ci est rarement rentable pendant les premières années de détention, car il faut amortir les frais d’achat du bien, les éventuels travaux et la part importante des intérêts si un crédit bancaire a été sollicité.

Ce retour sur investissement peut se calculer facilement car, dans une SCPI, la plupart des frais sont connus à l’avance et il est même possible d’anticiper le prix de revente (dans une SCPI à capital variable). En clair, les SCPI proposent un placement avec une bonne visibilité et un niveau d’information élevé pour pouvoir décider le bon moment de la revente.

La plupart des conseillers en investissement recommandent de conserver les parts a minima 10 ans. L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) préconise une durée de huit ans. Que faire au-delà de cette durée ? Si vous n’avez pas besoin de récupérer votre capital investi, vous pouvez continuer de profiter des dividendes générés par la SCPI. Tout comme il n’existe pas de durée de détention minimale dans la plupart des cas, il n’existe pas à l’inverse de durée de détention maximale.

Si le sujet de la revente en SCPI vous inquiète et que vous avez peur de manquer de liquidité, il existe des solutions flexibles pour simplifier la cession des parts. En souscrivant à une SCPI au travers de votre contrat d’assurance-vie par exemple, c’est l’assureur qui vous versera les fonds et qui s’occupera de votre demande de rachat.

Savez-vous
combien vaut votre bien ?

Notre estimation est fiable, instantanée et gratuite !

Revendre des parts de SCPI : les règles à connaître

Les règles ne sont pas les mêmes dans une SCPI à capital variable et dans une SCPI à capital fixe lorsque vous souhaitez revendre vos parts.

Revendre dans une SCPI à capital variable

Commençons par le cas d’une SCPI à capital variable. Pour revendre vos parts, il faut se tourner directement vers la société de gestion. Il suffit de l’informer de votre volonté de céder des parts, en indiquant le nombre dont vous voulez vous départir. Le prix d’achat vous sera alors communiqué par la société de gestion qui exécutera l’ordre si des souscriptions pour un montant au moins équivalent sont en cours. Il faut en effet qu’il existe une rencontre entre l’offre et la demande. À défaut, il est possible que la revente de vos parts se fasse sur le marché secondaire.

Revendre dans une SCPI à capital fixe

Avec une SCPI à capital fixe, la revente se fait majoritairement sur le marché secondaire via les services de la société de gestion. Elle regroupe les offres d’achat et les demandes de retrait (vente) et les transactions sont validées par confrontation des ordres. Cette possibilité d’acheter ou de revendre dans une SCPI à capital fixe n’a pas lieu selon la même périodicité en fonction des SCPI. Certaines effectuent cette confrontation de manière hebdomadaire, d’autres de manière trimestrielle. À noter que la vente directement avec un investisseur (vente de gré à gré) est aussi possible.

Nos autres guides sur l'investissement en SCPI

Savez-vous
combien vaut votre bien ?

Notre estimation est fiable, instantanée et gratuite !